Allaiter son bébé : Continuité de la grossesse et de l’accouchement

L’allaitement maternel est un projet mis en place par la famille pour mener à bien l’arrivée du bébé. Ce projet est un choix et demande une réflexion de la part de la maman et du papa bien avant l’accouchement. Mais qu’est-ce que l’allaitement maternel ? On parlera de ce projet, comment l’allaitement complète le processus de reproduction, ainsi que les bienfaits du lait maternel qui répond aux besoins spécifiques de votre enfant.

L’allaitement maternel fait partie intégrante du processus de la reproduction. Pendant la grossesse, le bébé est porté, bercé et nourri en permanence par le biais du placenta, ce qui permet une croissance optimale et sécurisée. Lors de l’accouchement, le bébé sort de ce nid douillet et stérile vers notre monde qui va être désormais le sien. Il va falloir qu’il s’adapte à un nouvel environnement avec tout ce que ça représente : bruit, bactéries, froid, confort relatif, nourriture en discontinu, etc.

Après la naissance, le peau à peau, l’allaitement et le portage de son bébé sont une transition idéale pour le confort et la survie du bébé. L’accouchement est un moment intense pour la maman et le bébé qui permet à chacun de se préparer à leur rencontre et à une nouvelle vie ensemble. Les contractions par les massages qu’elles procurent préparent au bon fonctionnement des organes du bébé et par la difficulté qu’elles engendrent préparent la maman à la réception et à la protection du «trésor» qu’elle porte en elle depuis 9 mois.

Lors du passage dans le canal vaginal, le bébé «stérile» est envahi par le microbiote vaginal de sa maman et l’on peut littéralement parler «d’ensemencement». Puis le bébé est posé sur le ventre de sa maman (ou de son papa si le peau à peau n’est pas possible avec sa maman) et «l’envahissement» continue avec le microbiote cutané familial de la maman ou du papa.

Le bébé commence à chercher le sein, «deuxième placenta», et finit par le prendre et se nourrir par lui-même de façon intermittente rapprochée. Et à ce moment-là, le très récent microbiote du bébé est nourri par une certaine catégorie de sucres, les oligosaccharides, qui se trouvent dans le lait maternel.

Il est essentiel de prendre en compte deux composants importants lorsqu’on parle de l’allaitement maternel : le geste d’allaitement et le fait de mettre son bébé au sein, et le lait maternel.

Le geste d’allaitement fait partie de l’intime. C’est le désir d’allaiter ou de ne pas allaiter, en fonction de sa propre histoire et des représentations de chacune. On peut parler d’instinct, de vécu, de ressenti. De ce fait, allaiter ou ne pas allaiter est une décision personnelle et sensible et ne doit absolument pas être jugée par les autres et la société en général. Chaque mère a son propre vécu et prend les meilleures décisions pour son bébé. On voit trop souvent des mères ayant le sentiment d’être jugées qu’elles aient décidé d’allaiter ou de ne pas allaiter. Par contre, ce choix devrait être un choix éclairé et informé ; c’est là qu’on peut vraiment parler de choix, comme pour toute autre décision dans la vie.

Quant au lait maternel, il est une réalité scientifique étudiée. C’est une production biologique, un liquide vivant. Il est incomparable et le lait artificiel lui sera toujours inférieur.

Le lait maternel est la norme pour nos bébés, car parfaitement adapté aux besoins de l’enfant. C’est une nutrition optimale, très facile à digérer, 100% naturelle et écologique, sans impact carbone contrairement au lait artificiel. Le lait maternel est toujours prêt à l’emploi et disponible, à la température idéale et à un prix imbattable.

Le lait maternel, appelé aussi le «sang blanc» ou «l’or blanc», est fabriqué dans la glande mammaire à partir du sang de la maman. Tout comme dans le ventre de sa maman le bébé était nourri en continu par le biais du placenta, le sein ou «deuxième placenta» prend le relais après l’accouchement pour nourrir le bébé en discontinu avec un «sang blanc», un sang transformé par les cellules de la glande mammaire.

Le lait maternel est spécifique de l’espèce, il est dynamique et bioactif.

Les êtres humains font partie de la classe des mammifères. Le lait maternel de chaque mammifère est spécifique et parfaitement adapté aux petits de l’espèce. Le lait des dauphins, par exemple, contient plus de gras. Le lait des vaches contient plus de protéines, car le petit veau doit se mettre debout dès la naissance et se renforcer rapidement au niveau musculaire. En revanche, le lait des humains contient plus de lactose pour un développement optimal du cerveau.

Le lait maternel est dynamique. Il n’est jamais le même en fonction de l’âge du bébé, des moments de la journée (plus de gras en fin de journée) et change aussi au cours d’une même tétée (se reconcentre en fin de tétée).

Le lait maternel est bioactif. C’est un tissu vivant qui contient des cellules immunitaires, des facteurs de croissance, des acides gras, des facteurs anti-inflammatoires, le facteur Hamlet qui est anticancéreux et des sucres divers et nombreux avec en particulier les oligosaccharides, des prébiotiques qui servent au développement du microbiote intestinal du bébé et donc au développement du système immunitaire du bébé, etc.

L’allaitement maternel est la continuité de la grossesse et de l’accouchement. Chaque projet d’allaitement maternel est un chemin personnel que prend la maman et la famille selon ses besoins et son histoire. Quant au lait maternel, il est la norme physiologique et biologique de chaque espèce de mammifère et reste à jamais incomparable au lait artificiel.

https://www.who.int/fr/health-topics/breastfeeding#tab=tab_1

https://www.claude-didierjean-jouveau.fr/2017/01/15/de-succion-intra-uterine-a-lallaitement-continuum/

https://naitreetgrandir.com/fr/etape/0_12_mois/alimentation/naitre-grandir-allaitement-maternel-avantage/

Consultante en lactation IBCLC | Infirmière DE de formation | Accompagnante certifiée en Biological Nurturing | Formée en freins buccaux

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *